Pilar Albarracín Séville à l’encre marine

Photo : Pilar Albarracín

Photo : Pilar Albarracín

Air France magazine novembre 2017

Tout comme Carmen, la plus célèbre des natives de Séville, Pilar Albarracín est une frondeuse, une insoumise. Artiste féministe, elle se rit des frous-frous flamencos, se met en scène dans des costumes de torero, cocotte-minute ou balai sous le bras, joyeusement provocatrice. Son œuvre tisse un commentaire sur les femmes et leur place dans une société régie par les codes et les stéréotypes. «Il ne s’agit pas de dénoncer, mais de mettre mal à l’aise, de donner à réfléchir sur des questions d’identité, de genre.» Les traditions andalouses qu’elle malmène, à l’évidence, Pilar les chérit également. Dans son atelier-cabinet de curiosités, mantilles, éventails et ex-voto habillent les murs au côté de chorizos en velours faits maison et d’une nappe en papier dont elle «brode» une à une et patiemment les fleurs (mais pas seulement !)… au Bic bleu, comme le feraient les aïeules à l’aiguille sur le pas de leur porte. Voilà comment la tradition rejoint le comique et l’insolite pour devenir touchante.

PILAR ALBARRACÍN
www.pilaralbarracin.com. Exposition Extractos de Fuego y de Veneno. Jusqu’au 15 novembre. Palacio de la Madraza, Grenade. https://lamadraza.ugr.es Représentée par la Galería Javier López & Fer Francés, à Madrid. www.javierlopezferfrances.com ; la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, à Paris. www.galerie-vallois.com ; la Galeria Filomena Soares, à Lisbonne. www.gfilomenasoares.com

© Cécile Balavoine 2016